Fast and Furious 7 : Une page se tourne


Furious 7

30 novembre 2013. Le monde entier apprend la disparition tragique de Paul Walker dans un accident de la route à Valencia, en Californie (U.S.A.). Bouleversés par la nouvelle, des millions de personnes perdent non seulement un acteur talentueux, mais aussi et surtout un homme d’une générosité folle. En 2010, suite au terrible séisme survenu à Haïti, Paul Walker fonde la Reach Out Worldwide, une organisation dont le but est d’apporter de l’aide humanitaire aux victimes de catastrophes. Une aide que Paul offrira jusqu’à ses derniers instants ; quelques minutes seulement après son départ d’un gala de bienfaisance au profit des victimes du typhon Haiyan (Philippines). Quarante années durant lesquelles son sourire et ses yeux bleus auront marqué les esprits de chacun, forcément attristés par sa disparition, et qui auraient aimé vivre les quarante années suivantes avec lui. Mais le destin en a décidé autrement. Paul Walker s’est éteint, laissant derrière lui une pléiade de cœurs brisés, dont ceux de sa famille, de ses amis et de ses fans. Ces derniers, pour la plupart, se souviendront de Paul comme l’interprète de Brian O’Connor dans la saga Fast and Furious. Un personnage qui le propulsera aux yeux du grand public et clôturera une filmographie riche d’une trentaine de films. Paul Walker était Brian O’Connor. Brian O’Connor était Paul Walker. Que Fast and Furious 7 soit son film posthume est tout un symbole.

Paul Walker

Initialement prévu pour sortir au Printemps 2014, Fast and Furious 7 subit de plein fouet le décès de Paul Walker. Non seulement l’acteur n’avait pas encore tourné l’intégralité de ses scènes, mais la nouvelle anéantira les membres de l’équipe, devenus si proches les uns des autres au fil des ans. Vin Diesel et consort ne viennent pas simplement de perdre un collègue de travail. Ils perdent un ami, un frère, un être cher. Endeuillée, la production du septième volet de la saga est stoppée nette. En janvier 2014, Vin Diesel, le réalisateur James Wan, le producteur Neal H. Morritz et la majeure partie de l’équipe se réunissent autour d’une table pour débattre de l’avenir de Fast and Furious 7 ; et donc de la franchise. La question est de savoir s’il faut continuer ou non la production de ce septième volet ? « C’est ce que Paul aurait souhaité. » Aussitôt prononcés, ces quelques mots font l’unanimité au sein de l’équipe. Chacun étant convaincu que poursuivre l’aventure et terminer le travail de « Pablo » est la meilleure chose à faire pour lui rendre un dernier hommage.

« Je n’ai pas d’amis, j’ai une famille. » Dominic Toretto

La production se remet donc au travail avec une relecture complète du scénario. Quelles sont les scènes non tournées dans lesquelles devait apparaitre Paul Walker ? Sont-elles modifiables ? Peuvent-elles être sacrifiées ? Autant de questions difficiles pour le scénariste Chris Morgan et les producteurs du film, dont Vin Diesel. La réponse est venue de Caleb et Cody Walker. C’est tout naturellement que les deux frères cadets de Paul sont venus prêter main forte à l’équipe en proposant de doubler leur frère aîné durant les scènes manquantes. Un soutien amical et fraternel retirant une belle épine sous le pied de la production.

Abu Dhabi

Le tournage reprend sous la direction de James Wan, remplaçant poste pour poste Justin Lin, le réalisateur des quatre précédents opus. Le sino-malaisien parvient à encrer son film dans la droite lignée de Fast and Furious 6 dont les événements survenus à Londres sont le point de départ de l’intrigue de Fast and Furious 7. Dans ce septième chapitre, le public fait la connaissance de Deckard Shaw (Jason Statham), un tueur à gages insaisissable dont la seule préoccupation est de liquider l’ensemble de l’équipe ayant fait tomber son frère cadet Owen Shaw (Luke Evans) dans la capitale londonienne. Conscient de la menace que représente Deckard pour sa famille, Dominic Toretto (Vin Diesel) n’a d’autre choix que d’entamer à son tour une périlleuse chasse à l’homme.

Jason Statham

Depuis 15 ans, la saga Fast and Furious ne décélère pas et cherche toujours à repousser ses limites en termes d’action et de gomme brûlée. La recette fonctionne encore après sept films pour la simple et bonne raison que le public s’est attaché à Dom, à Brian, aux autres personnages, les a vu évoluer et a grandi à leurs côtés. Une attache si forte aujourd’hui que les spectateurs se considèrent – et sont considérés – comme membres à part entière de la famille qu’est devenue Fast and Furious ; et pas uniquement à l’écran. Voilà pourquoi la disparition de Paul Walker a touché des millions de personnes. Voilà pourquoi Fast and Furious 7 devait se faire malgré la tragédie. En résulte un film toujours aussi jouissif, « badass » à souhait, terriblement « putassier » et « cartoonesque » au possible. Alors oui, les scénarii des Fast and Furious n’ont jamais volé bien haut ; oui, chaque film possède son lot de scènes rocambolesques, de bolides sur vitaminés et de gonzesses en bikini ; oui, ça pue la testostérone et les œstrogènes. Mais au fond, quelle importance ? Fast and Furious a su se focaliser sur un élément crucial : ses personnages. Et peu importe ce qu’ils ont fait, ce qu’ils font et seront amenés à faire, le (vrai) public suivra. Certains diront que « tous les Fast and Furious se ressemblent ». Ce n’est pas vrai. Tout en conservant son ADN, la franchise a su se renouveler : en s’exilant aux quatre coins du monde (Tokyo, Rio, Londres, Abu Dhabi), en ajoutant de nouvelles têtes (Sung Kang, Gal Gadot, Dwayne Johnson, Elsa Pataky, Luke Evans, Jason Statham, Kurt Russell), en allégeant sa sauce tunning, et en reliant chaque épisode les uns aux autres. Une longévité que de nombreuses franchises n’ont pas su conserver. Fast and Furious l’a fait et de manière salutaire. Reste à savoir si ce salut se termina avec Fast and Furious 7 ou pas.

Quoiqu’il advienne, et peu importe les critiques porter sur le film, Fast and Furious 7 aura toujours une saveur particulière. Après deux heures et vingt minutes, le sentiment qui prédominera sera celui de votre larme ruisselant le long de votre joue. D’une justesse exemplaire, les dernières minutes forcent le respect en honorant comme il se doit le regretté Paul Walker. Les routes se séparent et une page se tourne. Y aura-t-il un huitième épisode ? Oui. Non. Peut-être.

FAST AND FURIOUS 7 ★★★★
Réalisé par James Wan
Avec Vin Diesel, Paul Walker, Dwayne Johnson et Jason Statham
Durée : 2h20min
Titre original : Furious 7
Au cinéma le 1 avril 2015.
Distribué par Universal Pictures France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s