Focus DVD : Rhum Express (Bruce Robinson, 2011)


Rhum Express (2)Lassé de sa vie new-yorkaise, Paul Kemp s’expatrie sur l’île paradisiaque de Porto Rico. Très vite, il adopte le rythme de la vie locale, fait de douceur de vivre et de beaucoup de rhum… Paul est engagé par un modeste journal local, le San Juan Star, dirigé par Lotterman. Il tombe aussi sous le charme de la très belle Chenault, une jeune femme fiancée à Sanderson, un homme d’affaires mouillé dans des contrats immobiliers douteux. Sanderson fait partie du nombre croissant d’entrepreneurs américains bien décidés à transformer la magnifique île en un paradis capitaliste réservé aux riches. Lorsque Kemp est engagé par Sanderson pour écrire un article élogieux sur son dernier plan véreux, il se retrouve face à un vrai choix : soit il met sa plume au service de cet homme d’affaires corrompu, soit il dénonce tout et révèle les trafics sordides. Sur l’île et ailleurs, son choix va faire des vagues.

FILM : L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. L’expression fonctionne aussi pour l’équilibre d’un film. Lorsqu’il s’est vu proposé l’écriture de Rhum Express, le réalisateur Bruce Robinson luttait depuis six ans contre une addiction à l’alcool. La complexité du roman d’Hunter S. Thompson, que beaucoup considère comme « indissécable », a eu raison du cinéaste qui rechuta dans son vis à raison d’une bouteille par jour. Ainsi l’on comprend mieux le manque de consistance de Rhum Express.
Porté par des acteurs généreux, Johnny Depp, Aaron Eckhart et Giovanni Ribisi en particulier, Rhum Express souffre d’une histoire ayant perdu son objectif premier. Le spectateur suit les déboires d’un écrivain débarquant à Porto Rico, le nouvel eldorado des États-Unis en 1960, période durant laquelle les terres de Cuba glissaient entre les doigts boudinés des dirigeants américains. Le contexte est intéressant mais on le doit au romancier qui n’a jamais accepté l’injustice et le manque de respect. C’est ainsi qu’il dénonce les travers de son pays venu piller sans scrupules tout le potentiel de Porto Rico à cette époque.
Mais cette toile de fond n’est qu’un prétexte pour narrer le quotidien d’un écrivain en quête d’un style, le sien, celui qui dictera la suite de sa carrière. Johnny Depp, fidèle à lui-même, incarne cet écrivain avec toute la bonne volonté du monde, lui le grand ami de Thompson, décédé en 2005, mais ne parvient par à dynamiser le tout. Un rôle qui rappelle celui de Frank Tupelo dans The Tourist. Depp serait-il plus efficace dans ses personnages folkloriques ? Oui et non. Son rôle dans La Neuvième porte (Roman Polanski), un peu dans le même esprit, était bien plus convaincant. L’acteur essaie tant bien que mal de tirer un film fade vers le haut. Ce n’est pas simple mais fort de son talent et des acteurs qui l’accompagnent, le flop est évité. De justesse.
Rhum Express se regarde, s’écoute, mais s’oublie vite. L’ivresse n’est pas au rendez-vous malgré de bonnes idées. Comme bien trop souvent lorsqu’il s’agit d’adaptation, préférez le livre à l’instar du film.

Rhum Express (3)

RHUM EXPRESS ★★
Réalisé par Bruce Robinson.
Avec Johnny Depp, Aaron Eckhart, Michael Rispoli et Amber Heard.
Durée : 2h00min
Titre original : The Rum Diary.
En DVD et Blu-Ray à partir du 24 avril 2012.
Distribué par Metropolitan FilmExport.

Découvrez aussi plein d’autres films sur Cinetrafic dans la catégorie film sur la drogue ainsi que la catégorie Film 2011.

Remerciements : Cinétrafic et Metropolitan FilmExport.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s